Zachary Richard  

La Ballade de Jackie Vautour
John L. « Jackie » Vautour fut le président du Comité des Citoyens de Claire Fontaine, et chef de la résistance à la création du parc national canadien Kouchibouguac en 1972. À cette époque, 250 familles furent expropriées pour la création d’un parc dans le nord-est du Nouveau- Brunswick. Les gens étaient pour la plupart de moyens modestes, peu instruits, et majoritairement acadiens. Le 5 novembre, 1976, le sheriff du conté de Kent est arrivé chez les Vautour armé d’un mandat d’éviction. La maison fut bulldozée et les effets personnels de la famille emmenés en entrepôt. En juillet, 1978, Jackie Vautour, sa famille et 8 autres expropriés sont retournés dans le parc et se sont installés sur les lieux de leurs anciennes habitations. Pensant que l’hiver allait en finir avec Jackie Vautour et craignant une révolte populaire, les agents du gouvernement n’ont pas osé le confronter. Aujourd’hui il habite encore avec sa femme, Yvonne, en plein milieu du parc national Kouchibouguac, illégalement selon les autorités.

O no, tu vas pas me grouiller.
c’est ma terre icitte,
c’est icitte que moi j’vas rester.
O no, tu me fais pas peur
avec ton fusil.
J’veux pas voir du sang couler,
mais c’est ma vie
que t’essaies d’arracher.

J’ai vu ma terre enlevée,
Ma famille faite prisonnière.
J’ai entendu le bois crier,
Les ruisseaux et les champs brailler.

O no, tu cours le grand danger,
en te promenant
après que la nuit est tombée.
Une fois que les agneaux
sont en lion transformés.
Où c’est que tu penses
tu pourras aller
pour te cacher?

J’ai vu les arbres s’armer,
Les grandes forêts qui se levaient.
Toute la terre pour me venger,
Tout le ciel pour vous écraser.

 

Zachary Richard, Les Editions du Marais Bouleur